Chrétiens en Ubaye

Billets de bernard-martoia

    • Bernard Martoïa
    • retraité

Centres d'intérêts : littérature et marche

Citation préférée :

seul celui qui marche à contre-courant connaît la force de celui-ci

  • la colère de l'Eternel contre le parlement européen

    Une majorité écrasante de parlementaires avaient voté des sanctions à l’encontre de la Hongrie parce que celle-ci avait voulu défendre la Chrétienté en Europe en s’opposant à la répartition d’infidèles dans chaque pays de l’Union européenne.

    – Alerté de la colère de L’Éternel, le chef des républicains français s’approcha et lui dit : Feras-tu périr aussi le juste avec le méchant ? Peut être y a-t-il cinquante justes parmi les représentants français qui ont voté contre les sanctions à l’encontre de la Hongrie ?
    – Et L’Éternel dit : Si je trouve cinquante justes au milieu d’eux, je pardonnerai à tout le Parlement européen à cause d’eux.
    – Le chef reprit et dit : Voici, j’ai osé parler au Seigneur, moi qui ne suis que poudre et cendre. Peut-être des cinquante justes en manquera-t-il cinq ? Pour cinq, détruiras-tu tout le Parlement ?
    – Et L’Éternel dit : Je ne le détruirai point, si j’y trouve quarante-cinq justes parmi les républicains français.
    – Le chef des républicains continua de lui parler, et dit : Peut-être s’y trouvera-t-il quarante justes ?
    – Et L’Éternel dit : Je ne ferai rien, à cause de ces quarante.
    – Le chef dit : Que le Seigneur ne s’irrite point, et je parlerai. Peut-être s’y trouvera-t-il trente justes ?
    – Et L’Éternel dit : Je ne ferai rien, si j’y trouve trente justes.
    – Le chef des républicains dit : Voici, j’ai osé parler au Seigneur. Peut-être s’y trouvera-t-il vingt justes ?
    – Et L’Éternel dit : Je ne détruirai point le parlement européen, à cause de ces vingt.
    – Le chef des républicains dit : Que le Seigneur ne s’irrite point, et je ne parlerai plus que cette fois. Peut-être s’y trouvera-t-il dix justes ?
    – Et L’Éternel dit : Je ne le détruirai point, à cause de ces dix justes.

    A l’issue du dépouillement du vote, il n’y eut que trois justes parmi les républicains français à défendre la Chrétienté en Europe : Franck Proust, Nadine Morano et Angélique Delahaye.

    Alors L’Éternel n’eut d’autre choix que de détruire le parlement européen.

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bernard Martoia pour Dreuz.info.

    https://www.dreuz.info/2018/09/19/la-colere-de-leternel-contre-le-parlement-europeen/

  • Nos cathédrales ne sont pas des musées

    Pétition à monsieur Gérard Collomb, ministre de l’intérieur et des cultes

     

    Monsieur le Ministre,

    Le 10 novembre 2017, M. Stéphane Bern, mandaté par le Président de la République pour veiller à la sauvegarde du patrimoine, a annoncé vouloir rendre payant l’accès aux cathédrales. En agissant ainsi il traite nos cathédrales comme des vestiges du passé tels que le Colisée de Rome ou les pyramides d’Égypte.

    De fait, les cathédrales sont l’occasion pour beaucoup de nos contemporains de se familiariser avec la culture chrétienne qui est celle, faut-il le rappeler, de la France. Ce sont des oasis de beauté et de sacralité où chacun, y compris les plus démunis, peuvent trouver un peu de réconfort.

    Le rôle des pouvoirs publics est donc d’en faciliter l’accès plutôt que de le restreindre. Contrairement à ce qu’affirme M. Bern, l’argent public existe pour cela. Il suffit de récupérer celui qui est détourné pour financer des centres islamiques et le consacrer à la restauration du patrimoine commun reçu de nos ancêtres.

    Monsieur le Ministre, je vous demande d’agir en ce sens et de tout faire pour que le projet de Stéphane Bern ne soit pas mis à exécution.

    https://www.avenirdelaculture.info/nos-cathedrales-ne-sont-pas-des-musees/